Débats

La goal line technology va-t-elle soulager la Ligue 1 ?

Frédéric Thiriez a officialisé jeudi en fin d’après-midi l’arrivée de cette nouvelle technologie dans notre championnat la saison prochaine. Suffisant pour panser les plaies d’un football français pollué par des tensions récurrentes entre clubs et arbitres ?

 

Oui : L’arrivée de la goal line technology va mettre indéniablement notre Ligue 1 sur un pied d’égalité par rapport aux autres grands championnats. Ce procédé qui permet de vérifier si le cuir a intégralement franchi la ligne constitue une réelle avancée pour tous les acteurs. Mise en place pour la saison prochaine, cette technologie va soulager les arbitres sur une situation difficile à statuer à vitesse réelle. Cela permettra aussi d’éviter toutes confusions comme ce fut le cas lors du match entre l’OM et Lyon et la fameuse polémique suscitée par le but refusé à Lucas Ocampos alors que le ballon avait vraisemblablement franchi la ligne. Un cas qui a peut-être fait perdre deux points précieux aux phocéens dans la course au titre. Au-delà de cette simple arrivée, cela prouve l’ouverture de la LFP sur l’intégration des nouvelles technologies dans notre championnat. Un pas vers le corps arbitral a donc été effectué grâce à cette démarche.

 

Non : L’instauration par la LFP de la goal line technology ne changera rien au problème récurrent de l’arbitrage. Si le climat est devenu aussi délétère entre les hommes en noir et les clubs français, c’est bien à cause de certains errements retentissants de nos arbitres. Entre penaltys non sifflés ou mauvaise application du règlement, le corps arbitral ne se montre pas exempt de reproches cette saison. Et ce n’est pas l’arrivée de la goal line technology qui changera quoique ce soit au niveau de l’arbitrage français. Si on se penche de plus près sur la question, on constate que très peu de cas cette saison auraient justifié l’utilisation de cette technologie en Ligue 1. Avec un coût estimé à 1,4 millions d’euros pendant six ans, on peut légitimement débattre autour d’une telle somme dépensée pour régler quelques cas litigieux. Plus que cette intrusion minimaliste de la vidéo dans notre paysage footballistique, les instances suprêmes comme la FIFA ou l’UEFA devraient sérieusement plancher sur l’utilisation de la vidéo pour offrir aux arbitres un peu plus de clairvoyance…

Partager
Cédric RABLAT

Cédric RABLAT

Journaliste sportif professionnel, le football constitue pour moi une passion quotidienne. Je souhaite donc vous la faire partager à travers ce site, qui décryptera l'actualité du championnat de France et de l'Euro 2016.

Jean-Michel Aulas, Lyon, Ligue 1
Article précédent

Lyon : Aulas verrait-il son autorité s’étioler ?

Blaise Matuidi, PSG, Ligue 1
Article suivant

PSG : la peur du vide

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>